Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

InTheBlob

ce truc est mon blog.. qui l'eut cru!
il contient :
- des trucs et des n'importe-quoi dans la catégorie En Folie,
- des photos et des dessins dans In Plano
- des articles de lecture dans les différents In Folio
- des amusements littéraires dans In Quarto
- des articles sur la musique dans In Octavo
- des recettes de cuisine dans In Douze (parce que midi, c'est l'heure !)
- des articles de cinéma dans In Seize (Neuvième)
- des articles de science et de fiction dans In Dix-Huit (parce que c'est le format suivant)

Voilà, vous êtes prévenus.

Inthepast

20 janvier 2013 7 20 /01 /janvier /2013 07:18

InFolio

SF

 

En panne sèche - Andreas Eschbach

 

Challenge ABC 2013

 

 

Ce roman se divise en deux parties.

Dans la première partie, tout commence par un homme, dans une voiture, qui soudain n’a plus de carburant. L’auteur alterne alors des scènes du présent et du passé, pour en arriver tranquillement, mais sûrement, à l’explication de cet accident.

 

Markus Westerman est un jeune ingénieur commercial dans une société d’informatique. Il a quitté l’Allemagne pour les Etats-Unis, afin de remplir une mission de traduction de documents techniques. En principe, son visa et son contrat sont à durée limitée. Mais, dévoré d’ambition et rêvant de réaliser l’« Américan dream », il est bien décider à y rester, et à y faire fortune. Son objectif : monter une entreprise avec des capitaux et des idées appartenant à d’autres.

Il fait alors la rencontre de Karl Block, un inventeur autrichien d’une méthode innovante de prospection de pétrole. Le vieil homme annonce qu’il sait trouver des champs pétrolifères là où d’autres n’en trouvent pas. Markus commence par utiliser son héritage et les deux associés fondent une société. Ils s’efforcent ensuite d’attiser la curiosité et l’intérêt des investisseurs.

Cependant, quelque temps plus tard, alors qu’ils sont en phase de démonstration pour prouver l’efficacité de la méthode Block, des troubles agitent le Moyen-Orient, et la production de pétrole de certains forages montre les premiers signes d’un tarissement.

La fin de cette première partie du roman s’achève donc sur une crise mondiale du pétrole.

Au passage, l’auteur explique les enjeux politiques, financiers et géopolitiques de l’exploitation du pétrole, dans le passé et à l’heure actuelle. Il décrit également les techniques de prospection et d’extraction, si bien que l’air de rien, on apprend énormément de choses.

 

La deuxième moitié du roman décrit les conséquences de cette crise, à la fois à l’échelle mondiale, mais aussi à l’échelle locale d’une famille (celle de la sœur de Markus, en Allemagne). Il fait ressortir la cupidité de certains, prêts à profiter de toutes les situations, et les réactions parfois démesurées face à la peur de la fin du monde. Il montre les produits qui vont être amené à manquer en cas de pénurie de pétrole et fait prendre conscience des savoirs qu’il est nécessaire de ne pas perdre pour pouvoir réagir dans cette situation.

En parallèle, Markus Westermann essaye de rebondir face à la crise

 

Le tout se déroule dans une époque très proche de la notre, vers les années 2005-2010. Bien que ce soit de la science-fiction, le monde décrit comporte peu de différences avec notre environnement. Il s’agit là d’uchronie : le monde de ce roman connait une bifurcation par rapport à notre monde et par de l’hypothèse que les ressources supposées de pétroles sont toutes surestimées par les pays producteurs. Mais ça pourrait également être de l’anticipation, car, qui sait, notre monde pourrait connaitre le même genre de crise dans quelques années.

 

Non seulement, ce roman est passionnant et bien construit (avec ses retours dans le passé qui permettent d’expliquer le présent), mais également instructif (avec ses explications techniques, historiques ou politiques). Il montre combien l’industrie du pétrole est un univers impitoyable. Il n’y a pas que dans la série « Dallas » que c’est le cas.

Partager cet article
Repost0

commentaires