Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

InTheBlob

ce truc est mon blog.. qui l'eut cru!
il contient :
- des trucs et des n'importe-quoi dans la catégorie En Folie,
- des photos et des dessins dans In Plano
- des articles de lecture dans les différents In Folio
- des amusements littéraires dans In Quarto
- des articles sur la musique dans In Octavo
- des recettes de cuisine dans In Douze (parce que midi, c'est l'heure !)
- des articles de cinéma dans In Seize (Neuvième)
- des articles de science et de fiction dans In Dix-Huit (parce que c'est le format suivant)

Voilà, vous êtes prévenus.

Inthepast

8 février 2014 6 08 /02 /février /2014 07:01

InFolio

SF

 

La mort du nécromant – Martha Wells



Nicholas Valiarde, sous ses airs de marchand d’art respectable, est en fait un cambrioleur. Il agit dans la ville de Vienne. Dans cette Vienne fictive, à l’époque des calèches, la magie est courante. C’est même une pratique commune, légale. Par opposition, la magie noire et la nécromancie sont interdites.
Si l’on excepte les autorités policières, son ennemi principal est le comte Montesq. Coté police, il doit également se méfier du commissaire Ronsarde.


Alors qu’il explore, avec ses complices, un riche hôtel particulier, l’hôtel Mondollot, pour y dérober des objets dans le but de compromettre le comte Montesq, il constate qu’il a été devancé. Il se retrouve également face à une goule agressive.
Cette intervention a également attiré l’attention de l’autre voleur qui se révèle être un sorcier, apparemment très puissant. Ce qui a été volé à l'hôtel Mondollot inquiète fortement Valiarde. Il décide alors de mettre de coté sa querelle avec Montesq pour concentrer ses investigations sur ce sorcier.
Nicholas et son épouse Madeline vont alors se grimer, se faisant passer pour différents personnages pour en savoir plus. Leur organisation de cambrioleurs fidèles et dévoués leur donne également les moyens et la logistique nécessaires pour affronter ce sorcier dont les intentions s’avèrent fort néfastes.

Le roman paraît épais, mais on ne s’y ennuie pas une seconde. Le récit nous plonge directement dans l’action avec le cambriolage de l’hôtel Mondollot. Ensuite, tout s’enchaine : menaces, poursuites, découvertes macabres…
Nicholas, son épouse et ses complices ont un petit coté Arsène Lupin. Ils restent très humains au milieu de ces événements, ce qui les rend attachant.

Partager cet article
Repost0

commentaires